Éditorial n° 73

JULIEN NÈVE, Prospective Jeunesse

« Freud définit la santé mentale d’une façon qui m’a toujours plu, même si elle me semblait inaccessible, comme la capacité d’aimer et de travailler. J’étais capable d’aimer, mieux encore d’accepter qu’on m’aime, le travail viendrait bien ».

Lire plus

Editorial n°72

JULIEN NÈVE

L’alcool coule à flots car comment imaginer que l’on puisse prohiber l’usage de ce qui s’apparente à un patrimoine culturel? S’agissant du cannabis, c’est une toute autre histoire. À l’instar de n’importe quel psychotrope, sa consommation n’est pas à prendre à la légère. Toutefois, les risques qui lui sont associés ont nettement moins d’ampleur que ceux liés à l’alcool.

Lire plus

ÉDITORIAL N° 76 « Les fléaux de l’Ordre sexuel »

JULIEN NÈVE

Dans « Le Bon Sexe illustré », charge implacable contre l’éducation sexuelle telle que dispensée au début des années 70, l’écrivain Tony Duvert dénonce avec un humour féroce ce qu’il nomme « les fléaux de l’Ordre sexuel », à savoir l’idéologie répressive et nataliste que cette « éducation » essaie de camoufler « en endoctrinant les victimes ». Aux yeux du moraliste, ces dernières sont nombreuses : « enfants, adolescents, mais nous aussi, nous tous, le présent et l’avenir de notre société. Ce sont ses répressions, ses peurs, ses prisons, ses interdits, ses abus les plus catastrophiques que l’« éducation sexuelle » enseignera et éternisera. Car […] on l’a seulement inventée pour que l’ordre règne encore mieux demain qu’aujourd’hui 1. » Sévère et un brin provocateur mais lucide quant aux pièges du conformisme, le jugement de Duvert est-il toujours d’actualité quarante ans plus tard, à une époque où l’on ne parle plus d’éducation sexuelle mais d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) ?

Lire plus

Editorial N° 71

JULIEN NÈVE

À l’hiver 2011, évoquant la mobilisation des acteurs de promotion de la santé contre un projet de réforme de leur secteur, nous faisions un détour par la pensée de Félix Guattari pour illustrer ce que nous pensions être les prémisses d’un devenir collectif. Para- phrasant le philosophe psychanalyste, nous évoquions l’émergence d’un « agencement collectif d’énonciation », autrement dit la constitution d’un « groupe sujet » en opposition au « groupe assujetti ».

Lire plus