Appel à soutien au projet des Cannabis Social Clubs

29.01 2020

Photo by Michel Van Reysen

Pétition pour une régulation non-marchande du cannabis

Face aux enjeux en matière de santé publique et de justice sociale, les mouvements #STOP1921 et SMART on Drugs, déjà soutenus par nombre de personnalités et d’experts, lancent une pétition pour demander au législateur de réguler le marché du cannabis et de définir un cadre légal pour les Cannabis Social Clubs en Belgique.

La pétition est déjà soutenue par un grand nombre de citoyens, de professionnels de la santé et d’associations, dont Prospective Jeunesse (voir la liste des signataires).

Nous vous invitons à signer l’appel ainsi qu’à le diffuser autour de vous.

Pourquoi Prospective Jeunesse soutient l'appel ?

Prospective Jeunesse, en tant que signataires de la pétition, défend le lancement d’un débat public sur le cannabis afin d’amorcer un changement de paradigme au service de la santé.

Prospective Jeunesse s’engage ainsi dans la campagne en faveur des Cannabis Social Clubs pour plusieurs raisons majeures.

Parce que la prohibition ne fonctionne pas...

Aujourd’hui l’immense majorité des moyens dévolus à la problématique de la consommation de cannabis sont affectés aux politiques de prohibition et de répression des usages. Ces politiques n’ont jamais réduit ni l’offre, ni la consommation, que du contraire, le nombre de consommateurs ne cesse d’augmenter depuis plus de 20 ans.

Les effets désastreux de la politique de prohibition en termes de santé publique, d’engorgement du système judiciaire et de développement d’un marché illégal associé à diverses formes de criminalité, ont amené de nombreux acteurs associatifs, académiques, judiciaires et politiques à se mobiliser pour un changement de cadre.

La régulation doit permettre à l’État de libérer les moyens majoritairement consacrés à la répression (police, tribunaux, prisons) et d’ouvrir la voie à une politique en matière de drogues plus équilibrée entre la prévention, la réduction des risques, les soins et la répression.

Un autre contexte légal doit permettre de sortir du paradigme « drogue illégale = drogue dangereuse » et inviter à appréhender la complexité et les réalités des situations d’usage.

Parce qu'il s'agit d'une option réaliste et pragmatique...

Le modèle des Cannabis Social Clubs se présente comme une des options de réglementation du cannabis les plus réalistes et efficaces.

Si Prospective Jeunesse, en tant qu’acteur de prévention, soutient cette initiative, ce n’est non pas pour banaliser ou pour encourager l’usage du cannabis, mais pour donner leur juste place aux stratégies de prévention et de promotion de la santé reconnues pour leur efficacité par l’OMS  depuis la Charte d’Ottawa en 1986.

Face à un public d’usagers stigmatisé, les Cannabis Social Clubs offrent un espace de parole et de socialisation. Ils deviennent dès lors des espaces privilégiés en termes de diffusion des informations de prévention, de réduction des risques et de renforcement du lien social. Ce dernier étant un déterminant majeur de la santé, surtout pour des personnes faisant face à des problématiques de gestion de consommation ou de santé mentale.

Parce que réglementer permet de mieux prévenir...

Réglementer le marché du cannabis, c’est avant tout renforcer l’interdit pour les mineurs. Le produit n’a jamais été aussi disponible que dans la situation actuelle. La régulation vise à réduire le trafic de rue, les plus jeunes sont donc moins en contact avec les dealers.

En finir avec les tabous, la stigmatisation, l’exclusion et la criminalisation.

Dans les familles, la réglementation facilitera le dialogue et une meilleure compréhension de la part de l’entourage, ce qui constitue une ressource essentielle pour le jeune.

Dans la rue, elle permettra d’éviter les « délits de sale gueule » et l’utilisation du cannabis en tant qu’outil de contrôle social, comme c’est le cas actuellement.

A l’école, elle invitera les acteurs à réfléchir et à se former à d’autres modes d’intervention que le recours à la police et l’exclusion, outre l’impact émotionnel négatif que cela engendre, ces actions drainent  dans leur sillage la confusion entre forces de l’ordre et acteurs relais de prévention.

Ce nouveau paradigme doit permettre aux messages de prévention et de réduction des risques de circuler, messages qui sont aujourd’hui couverts par les discours moralisateurs basés sur la peur, la stigmatisation et l’exclusion.

La régulation du cannabis doit être accompagnée de stratégies visant à comprendre et accompagner les conduites à risques, développer les compétences psychosociales pour faire face aux situations de stress, repérer les ressources mobilisées et les renforcer, valoriser et s’appuyer sur les expertises déjà présentes chez les jeunes et chez les adultes, construire de nouveaux cadres respectueux des besoins spécifiques à chaque communauté…

C’est ainsi que les intervenants en prévention et promotion de la santé pourront déployer toutes les approches qui ont depuis longtemps été reconnues pour leur réelle efficacité sur le long terme.

A propos des initiateurs

Le mouvement #STOP1921 rassemble à l’heure actuelle plus d’une cinquantaine d’associations actives à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre. Il a été lancé à l’initiative de la FEDITO BXL (Fédération Bruxelloise des Institutions pour Toxicomanes), de Bruxelles Laïque et de la Liaison Antiprohibitionniste, dans le but de sensibiliser le législateur et l’opinion publique à la nécessité de remettre en question la politique de prohibition des drogues.

SMART on Drugs est un mouvement citoyen actif en Flandre qui, au même titre que #STOP1921, plaide pour une réforme de la loi belge en matière de drogues.

La presse en parle

En vidéo

Plaidoyer

Actualites RÉCENTES