Du désir sur grand écran

CHRISTEL DEPIERREUX

On peut affirmer sans trop se fourvoyer que sans désir, point d’espoir de réalisation personnelle, il est notre moteur vital. C’est ce qui nous fait avancer dans la vie puisqu’il est infini. Désirer « quelque chose » et l’obtenir enfin, ne clôture cependant pas le cycle du désir, il ne cesse de se tourner vers d’autres « objets » dont l’être est privé, dont il manque. L’ambiguïté est posée : nous y sommes soumis indéfiniment mais de manière nécessaire.

Lire plus