Editorial n° 68

Comment la participation peut-elle être conçue comme une réelle pratique émancipatrice et démocratique ? Et comment une démarche participative peut-elle constituer un antidote à cette assertion considérant que l’adjectif « social » s’applique à tout dispositif destiné à faire « avaler l’inacceptable ?