Salle de shoot. Les salles d’injection supervisee a l’heure du debat francais

salle de shoot

Le débat sur les salles d’injection exacerbe les tensions entre tenants de la « guerre à la drogue » et partisans de la « réduction des risques » (politique qui permet aux usagers de préserver leur santé même s’ils n’arrêtent pas les drogues). Il révèle la fracture entre des responsables politiques nationaux entés par la démagogie et des élus locaux pragmatiques. Refusant de prendre en compte les expériences en Espagne, Suisse, Allemagne ou Canada, et balayant les études scientifiques, le précédent gouvernement avait dit « non » aux salles d’injection. Malgré ce refus, des villes de droite comme de gauche – Bordeaux, Nancy, Strasbourg, Marseille ou Paris – ont préparé l’ouverture de ces salles en attendant des jours meilleurs. C’est en 2013 qu’elles commencent à s’ouvrir. Ce livre revient sur ces années où les usagers de drogues illicites ont été des boucs émissaires. Il est un cri d’espoir et un appel pour une politique des drogues plus humaine et plus efficace, fondée sur la régulation des usages.

Pierre CHAPPARD, Jean-Pierre COUTERON, Salle de Shoot. Les salles d’injection supervisées à l’heure du débat français, Editions Les Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2013, 200 pages
Réf. : PJ DR 549

MOTS CLES : SALLE D’INJECTION, FRANCE, USAGE, USAGER, REDUCTION DES RISQUES, LOI DE 1970