Sport et dépendances

DSP 53

En filigrane des différentes contributions de ce numéro domine l’idée que la pratique sportive n’est pas sans risque dès lors que le culte de la performance structure notre rapport au monde. Tandis que certains adeptes en deviennent dépendants, d’autres n’hésitent pas à « se booster » le corps au mépris de la préservation la plus élémentaire de leur santé. Le dopé est celui que l’on débusque et exclut, jamais vraiment celui que l’on accompagne, soutient et oriente. Pourtant, à y regarder de plus près, on pourrait facilement retourner le problème en envisageant la personne dopée, non pas comme un être déviant, mais plutôt comme un « être surinvesti » dans un système où la performance fait office de valeur cardinale.

Lire plus