Bas les armes ! L’échec de la guerre aux drogues

DSP 65 cover

Télécharger ce numéro Les temps ont beau avoir changé, nous devons encore batailler pour convaincre qu’en promotion de la santé, faire de la prévention des assuétudes à l’adresse des jeunes c’est faire en sorte que ces derniers restaurent ou augmentent leur capacité à poser des choix autonomes concernant leur « bien être » et donc…

Lire plus

Paroles de jeunes

DSP 62

Que cela soit lors des formations d’adultes-relais ou des accompagnements de projets, nous insistons sur le rôle actif des jeunes dans la mise en place des actions de prévention. Ainsi une attention particulière est portée à la question de la participation des élèves dans l’élaboration des projets de prévention à l’école. Comment le jeune peut-il participer directement à la réflexion et être réellement entendu dans un cadre scolaire souvent piégé par des dynamiques de gestion disciplinaire ? La prise en compte du jeune comme acteur du réel est une des conditions de son bien-être. C’est par ce biais qu’une bonne partie des fameuses « capacités psychosociales » pourra s’affermir et constituer ce socle qui outille chacun face à ses consommations.

Lire plus

Le marché des drogues sur Internet ou le requiem de la prohibition

DSP 58 cover

Désormais, plus besoin de chercher le dealer dans la rue ou dans l’ombre du dance-floor, il vous suffit de surfer sur la toile et de commander la molécule à votre goût, la méphédrone ne constituant qu’une molécule parmi un grand nombre d’autres substances de synthèse rencontrées sur ce marché. Autre avantage de taille : en faisant vos emplettes sur le web, vous restez dans la légalité puisque les molécules en question sont des « legal highs », autrement dit, des alternatives légales aux produits stupéfiants tels que les amphétamines, le MDMA, le LSD, etc. Leur composition chimique est analogue mais ne tombe pas sous le coup de la loi. Aux dires des observateurs et compte tenu du nombre croissant de saisies effectuées par les douanes,bien qu’encore limité et localisé, le phénomène est en pleine expansion.

Lire plus

“Enjeux de lois”

CPJ 38 cover

Une société, pour pouvoir fonctionner, doit être organisée. Les lois, les codes de conduites, les règlements divers sont les outils que tout groupe constitué d’individus se crée pour rendre possible la vie ensemble. Dans nos démocraties, ces ensembles de normes sont définies, par consensus, par des institutions censées être représentatives des citoyens, tous égaux devant ces lois. Si en apparence, on peut penser que toute loi est “neutre” ou se revendique comme telle, il ne faut pas oublier qu’elle est toujours construite en référence à un ensemble de valeurs. Encore faut-il savoir quelles valeurs sous-tendent ces normes ? Quels objectifs poursuivent-elles ? Au service de qui, ces lois, ces règles sont-elles instaurées ?[…] On peut ainsi très vite passer de la morale à l’ordre moral… et de l’ordre moral à la perpétuation de l’ordre social… Le groupe dominant tentant d’instaurer le respect de ses propres valeurs (les seules «vraies» valeurs ?) avec les effets pervers que l’on peut imaginer : stigmatisation, inégalités sociales, desinscription sociale, marginalisation, dérives sécuritaires… Peut-on tout gérer par la loi ? Quel projet de société y a-t-il derrière cette
multiplication de lois, de décrets, d’arrêtés, de règlements,… ? Quelles en sontles valeurs? Quels en sont les enjeux ?…

Lire plus

Dossier : “Pauvreté, contrôle social et (dé)stigmatisation”

CPJ 36 cover

Le cadre est défini de l’extérieur et ce regard ne fait qu’accentuer leur marginalité, leurs différences, leurs écarts par rapport aux normes entre lesquelles évoluent les citoyens “ordinaires” contribuant à ce qu’à la pauvreté économique s’ajoutent le plus souvent les stigmatisations et créant une exclusion multiple ; ces populations en marge se voient attribuer des comportements “négatifs”, “irrévérencieux”, “a-normaux” : violence, consommations de psychotropes, délinquance, économie souterraine, absence de solidarité,… qu’il s’agira de juguler pour le bien de tous. On va donc viser à réduire ces “mauvaises” manières de vivre, tenter d’empêcher leurs effets négatifs en initiant toute une série de projets labellisés “travail social”. Selon le lieu où l’on se trouve, selon le “mandat”, selon les valeurs et l’image de l’homme qui sous-tend la démarche, ces projets vont osciller entre le désir, la volonté de développement, d’émancipation et celui de normalisation, de stabilisation, de contrôle de ces populations.

Lire plus

Dossier : “Contextes et consommations”

CPJ 30 cover

Le flou autour de ce qui est ou non permis aura aussi une grande influence sur nos missions de prévention. La prévention tente de favoriser l’émergence d’une position personnelle, de l’esprit critique. L’implicite de la prévention, qui en est aussi une nécessité, c’est que la loi pénale, parce qu’elle traduit une valeur sociale face à laquelle se positionner, ait du sens. Dans le cas de cette loi “cannabis”, le message qu’elle transmet aux jeunes n’est pas clair. La société n’indique pas précisément quel comportement elle admet et quel comportement elle réprouve.

Lire plus

Numéro spécial. Drogues et cultures.

CPJ 17

Dans le cadre du festival « Drogues Pur Kultur » ce numéro spécial « Drogues et cultures » veut contribuer à une prise de parole non stigmatisant, multiple et créative sur cette réalité culturelle complexe qu’est la consommation de psychotropes. Ainsi, dans ce Cahier, outre des articles de fond sur la question, sera tenté le pari de mettre ensemble d’autres formes d’expression « créatives » tant du point de vue rédactionnel que visuel : écriture poétique, bandes dessinées, expressions libres…

Lire plus

Dossier : « économie souterraine ou économie des exclus? » – Tome 2

CPJ 12

Drogue et violence : retour en force d’un mythe contemporain

Il faut rappeler ici avec force que toutes les données épidémiologiques disponibles en Belgique et ailleurs montrent d’une façon éclatante que ce sont les drogues légales qui sont les plus dommageables en termes de santé publique: un peu plus de 40 décès pour les drogues illicites contre plusieurs dizaines de milliers de morts pour les drogues légales que sont l’alcool et le tabac en Belgique. Comme l’ont confirmé plusieurs rapports récents, notamment en France, la dangerosité des drogues n ‘a strictement aucun rapport avec le statut juridique et la toxicité d’une drogue est non seulement/onction de la dose et de l’usage mais surtout de la personnalité et du contexte dans lequel l’usage a lieu. La consommation de drogues, sans distinction juridique, répond.. à des motivations très diversifiées: détente, apaisement, ivresse, stimulation, reliance sociale, automédication, recherche du sens, etc., et il serait préjudiciable de continuer à alimenter le fantasme et le mythe de la drogue/problème. La plupart des consommateurs de drogues, toutes catégories confondues, sont des individus responsables et conscients de leurs limites qui consomment sans problème, les études les plus sérieuses à ce sujet le montrent clairement.

Lire plus